Accueil / Home

LA TRANSITION ENERGETIQUE ET ECOLOGIQUE EN FRANCE:

OBJECTIFS AMBITIEUX ET NECESSAIRE MOBILISATION DES PROFESSIONNELS, DES OCCUPANTS ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

La Conférence Environnementale, mobilisant Etat, Parlement, collectivités territoriales, patronat, syndicats et organisations environnementales, qui s’est déroulée à Paris les 20 et 21 septembre 2013, a précisé les objectifs et plusieurs des moyens de la politique environnementale actuelle française.

 Une vision à long terme

2050 : un premier objectif avait été défini dans la loi de programmation de l’énergie votée en 2005 : la baisse des émissions de gaz à effet de serre de 75% d’ici 2050, comparées à 1990 (dénommé « facteur 4 » – division par 4 des émissions de gaz à effet de serre -). Le Président de la République a fixé un deuxième objectif pour 2050 : la baisse de la consommation d’énergie finale de 50% par rapport à 2013,  nouvel objectif non partagé par le patronat français.

La suite…

THE ENERGY  AND ENVIRONMENTAL TRANSITION IN FRANCE:

AMBITIOUS GOALS AND NECESSARY COMMITMENT OF COMPANIES, THE USERS AND LOCAL AUTHORITIES

The Environmental Conference, involving government, Parliament, local authorities, employers, trade unions and environmental organizations, which took place in Paris on 20 and 21 September 2013, specified the objectives and means of the French current environmental policy.

A long-term vision
2050: a first objective had been defined in the energy law passed in 2005 : a reduction in greenhouse gas emissions in 2050 by 75% compared to 1990 (called « factor 4″ – i.e. division by 4 emissions of greenhouse gases). The President of the Republic defined a second objective : a decrease in final energy consumption in 2050 by 50 % compared to 2013, a new goal not shared by the French employers.
2030: a new goal, also set by the President of the Republic: a decrease of 30% compared to 2013 of energy consumption from fossil fuels.
2025: a reminder of the commitment made in 2012 by the President of the Republic, a decline in the share of nuclear energy from 75% to 50% in the production of electricity.

Continued…